Dernières actualités
FeedWind  
Ils en parlent
Christian Noorbergen, critique d'art
« Dans les souterrains du mental, des fantômes d'êtres sacrifient à cru la dérisoire normalité. Eric Lacombe creuse des trous dans le corps narcissique, et par ces failles vitales, il jette de cruelles passerelles vers les non-dits de l'existence ».

La chair des couleurs est au monde des formes ce que l'angoisse est à celui de l'intériorité : une béance, une faille et, peut-être même plus encore, une plaie. Voilà pourquoi les figures d'Eric Lacombe ne sont pas des portraits - mais la représentation blessée d'une âme luttant contre ce qui voudrait faire de sa mort le signe de son identité.


Frédéric-Charles Baitinger, critique d'art
LE CHAOS DEVENU CHAIR
« Pourquoi l'envers qui est l'unique endroit est-il jalousé par le revers alors qu'il est l'inaliénable surface dont le plein est le seul état. » Antonin Artaud

La chair des couleurs est au monde des formes ce que l'angoisse est à celui de l'intériorité : une béance, une faille et, peut-être même plus encore, une plaie. Voilà pourquoi les figures d'Eric Lacombe ne sont pas des portraits - mais la représentation blessée d'une âme luttant contre ce qui voudrait faire de sa mort le signe de son identité. A l'instar du poète Pessoa qui, le premier, sut faire de son éclatement le point de départ d'une galerie d'anti-portraits (d'hétéronymes), et si les oeuvres d'Eric Lacombe tentaient de nous montrer que l'homme n'est pas une unité, mais un composé de forces luttant les unes contre les autres pour affirmer, ne serait-ce que temporairement, leur fragile souveraineté ?

Mais plutôt que d'anti-portraits, peut-être faudrait-il mieux parler de survivances ou de retour de refoulé pour décrire l'ensemble des déformations qui affectent chacune de ces figures. Car il est bien clair que ces peintures ne nous montrent pas l'état définitif de ces êtres suppliciés - mais se contentent de nous suggérer que dans cette danse à la mort qui les détruit, il n'est pas d'états ni de formes qui ne soient capables de durer. Telles des fantômes n'ayant pour identité que l'insaisissable peur de celui qui les a enfanté, les oeuvres d'Eric Lacombe nous projètent dans un monde où la réalité n'est plus qu'une ombre parmi les ombres – qu'un vestige parmi les débris.

Quoi d'étonnant, dès lors, si ce qui confère d'ordinaire à un portrait le principe de son identité soit systématique barré ou effacé ? Des yeux, Eric Lacombe ne conserve généralement qu'un emplacement creux et dénué de toute expressivité. De la bouche, qu'une sorte d'orifice informe privant ses personnages de la possibilité même de pouvoir s'exprimer. Effigies du manque, corps castrés - là où eussent dû être des hommes, nous ne voyons plus que des lambeaux d'âmes dont la charge pathétique n'a d'égale que la violence du tourbillon qui les emportent dans un devenir muet. A l'instar d'un Michel Foucault prophétisant, dans son livre Les mots et Choses, la fin prochaine de l'homme, Eric Lacombe nous dévoile l'envers raturé de notre modernité.

« L'homme est une invention dont l'archéologie de notre pensée montre aisément la date récente. Et peut-être la fin prochaine. (…) L'homme s'effacera, comme à la limite de la mer, un visage sur le sable. »


Nicolas Laurent, agent
Des personnages torturés, certains dépourvus de bouche, tentent de nous délivrer un message en hurlant de l'intérieur : à nous de le déchiffrer au gré de notre imagination.
Des courbes parfaitement orchestrées et finement réalisées, comme un cliché net et parfait extrait de nos pires cauchemars.
Ses personnages nous emmènent au tréfonds du malaise existentiel. Et c'est justement ce malaise qui pousse notre réflexion,  qui nous donne envie d'en savoir plus, de toucher de plus prés son univers à la fois lugubre et bouleversant, magique et terrifiant.

L'œuvre de Eric Lacombe est un appel aux souvenirs et aux sens.


Hk art agency
La technique de Eric Lacombe fascine et l'on se questionne devant tant de maîtrise et de désinvolture. Le spectateur, pris alors dans les tourments de ses personnages, s'offre un aller sans retour dans son monde.
On retient de ses portraits une sensation de mouvement et le souci du détail. Par des traits aussi fort que délicats, des couleurs tant chaudes que froides, Eric Lacombe s'impose dorénavant comme un artiste devenant incontournable de la peinture dite "expressionniste".
Contact
Renseignements et informations :
info@ericlacombe.com

Management et achat d'oeuvre :
nicolas@ericlacombe.com
+33 (0)6 67 46 58 08


Biographie
Peintre, graphiste et plasticien, né en 1968, il vit et travaille depuis toujours à Lyon. Eric Lacombe est un artiste autodidacte au centre d'un univers entre fantasmagorie et thaumaturgie.
Depuis une vingtaine d'années, en proie à la mélancolie, Eric forge, intimement, son univers dans ses différents ateliers.
Expositions
Novembre/Décembre 2013 - LE 59 RIVOLI - Paris (France)
"La Cave" - exposition collective avec H.R Giger, john santerineross, Karl Persson. Nihil, ...

Mai/Juin 2013 - ARTEVISTAS GALERIA - Barcelona (Spain)
"Exposition GA00"

Février 2012 - LES 3 BAUDETS - Paris (France)
"Le langage des Visceres" - Exposition collective aux cotés de Olivier De Sagazan, Seth Siro Anton, ...

2012 - ARTEVISTAS GALERIA - Barcelona (Spain)

2012 - GALERIE LES INSOUMIS - Montbrison (France)

2011/2012 - HK ART AGENCY - Paris (France)

Mars 2011 - GALERIE LAZAREW - Paris (France)

2010/2011 - PHASME STUDIO - show room - Lyon (France)

Juin 2010 - RELEASE HK ART AGENCY - Paris (France)
Exposition collective aux cotés de Yannis Markantonakis, Mark Maggiori, Chanoir,...

Instagram
  • CR009/ acrylic on canvas 😊
  • 🐦🐤
  • Voilà ! 😊
  • Work in progress 🎨
  • Atelier 😊
  • Tonight in NYC @lastritesgallery ! 😊
A l'affiche
P00 - P103